III) LES GRANDS PONTS DE GUADELOUPE

1) Les caractéristiques du pont de la Gabarre

A partir de 1765, les Guadeloupéens utilisaient une barque appelée "Gabarre" afin de traverser la Rivière Salée séparant la Grande-Terre de la Basse-Terre. Suite à de nombreux naufrages,un pont flottant est mis en place en 1806, appelé "pont de la Gabarre" ou "pont de l'Union".

Par la suite, en 1929, est construit le pont de la Gabarre, en structure métallique conçue par l'ingénieur guadeloupéen Louis Douldat et réalisée par les ateliers Eiffel.

 

Doté d'une seule voie, il s'avère rapidement insuffisant. A partir de 1970, la construction d'un nouveau pont débute grâce à l'entreprise Joseph Paris-Schmid. En effet, cette nouvelle construction donnera naissance au Pont de la Gabarre tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Cependant, Les règles PS-69 en vigueur jusqu'en 1996 ignoraient la ductilité des matériaux, la redistribution des sollicitations et le domaine post-élastique et ne tenait pas compte de la topographie du terrain. C’est pour cette raison que la construction du pont de la Gabarre ne répond pas aux dispositions parasismiques actuelles régies par l’EC8-2.

La dernière modification du pont de la Gabarre qui comptait 2X2 voies date de 1990. Elle a permis un agrandissement de la route avec 2x3 voies.

La Gabarre est un pont Scherzer d'une longueur d'environ de 228,2 mètres, est muni d'une rampe d'accès à Basse-Terre et d'une rampe d'accès vers la Grande-Terre qui sont toutes les deux séparées par une travée mobile.

Il faut noter que la rampe d'accès à Basse-Terre comporte 9 travées. Toute la structure est fondée sur des pieux de 30 mètres de longueur et de 80 centimètres de diamètre.

Au dessus du niveau de l'eau, les fûts ont un diamètre de 60 centimètres, pour une longueur variable de 0,68 à 2,67 mètres.

 Concernant la rampe d'accès vers la Grande-Terre, sa structure est identique à celle de Basse-Terre. Cependant elle comporte 6 travées.

La travée mobile, centre principal du pont, a une volée et un contrepoids sous chaussée manoeuvrée par un seul vérin hydraulique. Il s'agit en fait, d'un tablier métallique (E36.3) de 84 tonnes, constitué d'une dalle orthotrope métallique portée par 6 poutres sous chaussée entretoisées et équipé d'un contrepoids de 100 tonnes.

 

 

 

Dans la position de circulation routière, l'immobilisation du tablier est assurée par deux verrous en bout de volée, deux verrous latéraux placés en avant du contrepoids et un verrou dans l'axe de la culasse.

 Dans la position verticale, l'immobilisation du tablier est assurée par un verrou, au niveau de la culasse, prenant appui dans le fond de la fosse des mécanismes.

Cependant, malgré des contrôles et des renforcements des pieux tous les dix ans, le pont de la Gabarre est classé comme un ouvrage dont la structure est en bon état mais nécessitant un besoin urgent d’entretien spécialisé (classe 2E), en cas de défauts ou de déficiences constatés pouvant mettre en cause la sécurité des usagers, telle que la dégradation des joints de chaussée.

Tous ces éléments ajoutés au fait qu'il soit âgé poussent au constat que ce pont n'a pas été conçu de manière à répondre aux normes parasismiques. Pour des questions de sécurité, à compter de cette année, le pont qui se soulevait tous les matins à 5 heures ne se soulèvera plus, jusqu’à nouvel ordre. 

 

 

La Passerelle de la Gabarre et le Pont de l'Alliance sont des ponts à bascule mobile qui permettent de franchir la Rivière salée.

Comme nous l'avons déjà évoqué lors de la présentation du pont de la Gabarre, la Passerelle est le premier pont, construit en 1806, qui permettait de franchir la Rivière Salée. C’est une passerelle basculante à double volée du type pont à axes. De par sa structure métallique, il est réservé aux piétons et aux cyclistes.

Au vu de l’ancienneté de cette construction, la Passerelle ne répond à aucune exigence parasismique ; la première réglementation datant de 1959.

 

gabarre-4.jpg

 

En position circulation piétonne, les deux travées sont verrouillées en extrémité de volée et en position ouverte à la navigation, les deux travées sont immobilisées en position verticale par les vérins de manoeuvre sur lesquels les orifices sont obturés par des dispositifs hydrauliques.

 

En ce qui concerne le pont de l'Alliance, il s'agit d'un pont basculant à simple volée du type pont levis construit en 1997.

 

alliance.jpg

 

Sa construction prend en compte la réglementation parasismique de 1992. En revanche, il ne répond pas aux exigences de celle de l’EC8-2 dont la date de mise en vigueur est le 22 octobre 2010.

 Le pont est emprunté par la route nationale 11, une voie rapide reliant le quartier de la Jaille à Baie-Mahault à celui de Dothémare aux Abymes en desservant l'aéroport Pôle-Caraïbe ; il permet ainsi à la route nationale 11 de jouer le rôle de déviation de l'agglomération de Pointe-à-Pitre.

 Le pont peut s'ouvrir le matin à 4h30 et à 5h30 pour permettre le passage des navires dans les deux sens, de manière automatique certains jours de la semaine, ou par demande auprès de la Direction Départementale de l’Equipement, les autres jours.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site